L’Immobilier Ne Connaît Pas La Crise Sur Toulouse

Publié le 09/04/2021

Si dans le neuf, les volumes de vente ont dévissé de 37% en 2020, le marché de l’ancien ne s’est quasiment jamais aussi bien porté dans la Ville rose. En Haute-Garonne, les ventes sont en léger recul (-6% pour les appartements et -5,3% pour les maisons) par rapport à 2019, qui avait été l’année de tous les records dans ce domaine . Mais les prix, eux, n’en finissent pas de grimper.

En Haute-Garonne, les prix des appartements anciens augmentent de 5,4%, tandis qu’à Toulouse, la hausse est vertigineuse : 9,2%, où les volumes de vente continuent de progresser ! 

« L’immobilier a plus que jamais joué son rôle de valeur refuge. Des personnes qui avaient souffert durant le premier confinement ont voulu changer de cadre de vie, d’autres ont accéléré leur projets », reprend le notaire.

Des investisseurs, inquiets de la tournure des marchés financiers (qui avaient dévissé à un niveau historique en mars 2020), ont préféré orienter leurs placements « vers un petit investissement immobilier », plus sûr et plus stable à leurs yeux. Si bien qu’en termes de volumes de vente, 2020 est le deuxième meilleur cru, derrière 2019 ! 

« Malgré la crise, malgré les difficultés d’Airbus, les Toulousains n’ont pas eu peur de l’avenir et considèrent que la crise est passagère. Les taux d’intérêts particulièrement faibles ont également joué », estime le notaire. Signe qui ne trompe pas : même les jeunes ont investi dans la pierre en 2020 (parfois en achetant des terrains nus). En revanche, les banques ont durci les conditions d’accès au crédit, ce qui a pu faire achopper certains projets. 

Suivez l’actualité immobilière et rejoignez-nous